Minsk

villes
Auteur:
Source ou livre:
Numéro de la page:

Contenu de l'article

1

PRÉSENTATION

Minsk, capitale et principale ville de la Biélorussie, chef-lieu de région, située dans le centre-nord du pays, dans le bassin du Dniepr, sur les bords de la Svislotch (affluent de la Berezina).

Minsk concentre les fonctions de capitale économique, culturelle et scientifique du pays.

2

PAYSAGE URBAIN ET CULTURE

2.1

Une ville presque entièrement reconstruite après 1945

Minsk

Minsk

Après avoir été successivement sous contrôle lituanien, polonais et russe, Minsk est aujourd’hui la capitale ainsi que le centre culturel et économique de la République indépendante de Biélorussie.

RIA-NOVOSTI/SOVFOTO-EASTFOTO

Presque entièrement rasée par la bataille qui a opposé les armées du Reich et l’Armée rouge, Minsk a été complètement reconstruite après 1945. La capitale offre un exemple remarquable de plan d’urbanisme selon le modèle soviétique, où l’uniformité des façades monumentales est rompue par de larges avenues et de nombreux parcs. Le centre ville s’organise autour d’une large artère, la perspective Skorina, ancienne perspective Lénine, qui concentre les bâtiments officiels, l’université et les grands monuments.

Parmi les rares bâtiments anciens ayant survécu à la Seconde Guerre mondiale figurent essentiellement des édifices religieux, qui témoignent de la place de la ville comme carrefour des cultures orthodoxe et catholique : la cathédrale orthodoxe Saint-Pierre-et-Paul (XVIIe siècle), surnommée l’« église jaune », la cathédrale baroque Saint-Dukhawski (XVIIe siècle), qui faisait partie de l’ancien couvent des bernardines attenant, et l’église polonaise catholique Saint-Simon (1908-1910), baptisée l’« église rouge ».

2.2

Une longue tradition de centre culturel

Église de Minsk (Biélorussie)

Église de Minsk (Biélorussie)

Tass/SOVFOTO-EASTFOTO

Compte tenu de la place réservée à la culture du temps de la période soviétique, Minsk possède de nombreux établissements à vocation culturelle ou artistique : maison de la culture des syndicats, plusieurs théâtres dont un opéra, conservatoire national de musique, l’un des plus grands cirques d’Europe… Parmi ses nombreux musées figurent le musée des Beaux-arts de Biélorussie et le musée de l’histoire de la Grande Guerre nationale, consacré au combat mené par les troupes soviétiques contre les troupes allemandes. Capitale scientifique du pays, Minsk abrite, outre son université fondée en 1921, l’Académie des sciences de Biélorussie et l’Institut polytechnique.

La ville n’oublie pas de rendre hommage aux personnalités illustres de la nation : le parc Ianka Koupala est notamment dédié à l’un des fondateurs de la langue littéraire biélorusse Ivan Dominikovitch Loutsevitch (1882-1942), dit Ianka Koupala, tandis que sur la place Iakoub Kolas s’élève une statue du poète national Konstantine Mikhaïlovitch Mitskevitch (1882-1956), dit Iakoub Kolas, entouré des principaux personnages de ses œuvres.

3

ÉCONOMIE

Usine de tracteurs (Biélorussie)

Usine de tracteurs (Biélorussie)

Largement détruit lors de la Seconde Guerre mondiale, le potentiel industriel de la Biélorussie a connu, après 1945, un fort développement et une importante diversification. Le pays produit notamment des denrées alimentaires et des textiles, mais aussi des machines agricoles et des camions.

NOVOSTI/SOVFOTO-EASTFOTO

Capitale économique de la Biélorussie, Minsk concentre environ 30 p. 100 de l’industrie du pays. Traditionnellement tournée vers l’industrie lourde, héritage de la période soviétique, son économie repose sur les constructions mécaniques (camions, tracteurs, machines-outils), électriques et électroniques (appareils de radio, téléviseurs), le textile, l’horlogerie et l’agroalimentaire. L’entreprise phare de la ville est son usine de tracteurs, première de la Communauté des États indépendants (CEI) en termes de production.

4

HISTOIRE

Minsk est mentionnée dès le milieu du XIe siècle comme place forte de la principauté de Polatsk, à proximité de la frontière avec la Russie kiévienne. La ville accède au statut de capitale d’une principauté indépendante au début du XIIe siècle, puis devenue un centre de négoce important, elle fait l’objet de rivalités entre les différents pouvoirs d’Europe centrale et orientale. En 1326, elle est rattachée au grand-duché de Lituanie, puis, en 1569, l’union de Lublin l’englobe avec celle-ci dans la Pologne.

Lors du deuxième partage de la Pologne, en 1793, Minsk est annexée par la Russie. Dévastée par les troupes napoléoniennes en 1812, puis reconstruite, la ville connaît un important essor industriel et commercial dans les années 1870, en liaison notamment avec sa nouvelle fonction de nœud ferroviaire. Elle devient un foyer des révolutionnaires russes et accueille en 1898 le Ier congrès du Parti ouvrier social-démocrate de Russie (POSDR).

Occupée par les Allemands en février 1918, puis par les Polonais en 1919, la région de Minsk est, pendant la guerre polono-soviétique (1919-1920), le théâtre de violents combats. Une conférence d’armistice s’y réunit en août 1920 et propose la paix de Riga. À l’issue de ce traité, Minsk revient à l’URSS et devient la capitale de la République socialiste soviétique de Biélorussie.

La ville est douloureusement sinistrée durant la Seconde Guerre mondiale. Du 29 juin au 3 juillet 1941, au cours de l’offensive allemande de l’été 1941 contre l’URSS, Minsk, enjeu d’une grande bataille d’encerclement qui coûte aux Russes près de 300 000 prisonniers et 3 000 chars, est en grande partie détruite. Alors que Minsk avait été depuis le Moyen Âge un des principaux centres juifs de l’Europe orientale, sa population est presque entièrement exterminée par les nazis — la ville, qui abritait environ 270 000 habitants à la veille de la guerre, n’en compte plus que quelque 40 000 au terme de l’occupation allemande. Libérée par l’Armée rouge le 5 juillet 1944, la ville est reconstruite après 1945 et son potentiel industriel progressivement reconstitué. Elle connaît alors une forte croissance urbaine et voit sa population tripler entre 1959 et 1989. À la suite de la dissolution de l’URSS en 1991, elle devient la capitale de la république indépendante de Biélorussie.

Population (2001) : 1 699 100 habitants

comments powered by Disqus